Blog de I-LOVE-VINTAGE-ACTRESSES Une telle transgression des genres et des règles sociales, montrer à l'écran des hommes habillés en femme et des femmes libérées sexuellement boire jusqu'à pas d'heure, aurait pu poser à l'époque des problèmes de censure. Mais, à part quelques opposants parmi les représentants de l'église américaine, qui demandaient la censure intégrale de la fin du film où l'on voit "un homme accepter la demande en mariage d'un autre homme et une femme embrasser une autre femme", "Certains l'aiment chaud" ne rencontra aucun réel problème. En effet, WILDER a su négocier habilement son scénario. Tout d'abord, le travestissement des deux hommes n'est pas un choix de vie de leur part mais une obligation, il se fait dans un but précis, leur survie. Ensuite, sous son caractère pseudo-homosexuel, le film reste en fait dans un monde parfaitement hétérosexuel, basé sur le sexe et l'argent. Joe se libère de son personnage de Josephine, Junior qui apparaît comme frigide est guéri par Sugar et Jerry rompt son engagement de mariage en avouant que c'est un homme. Il n'y a guère que le "Nobody's perfect" de Osgood qui puisse rester ambigü, à qui s'adresse-t-il ?


[ Fermer cette fenêtre ]